une jeune fillette

Surtout pour la prononciation - une version complète et un peu différente de la nôtre.
Comme il n'y a pas à proprement parler de vidéo, je vous invite à suivre les paroles pendant l'écoute.



Une jeune fillette - Jehan Chardavoine - 1576


Une jeune fillette
de noble coeur,
Plaisante et joliette
de grand' valeur,
Contre son gré on l'a réduit nonnette
Cela point ne luy haicte
dont vit en grand' douleur.

Un soir après complies seulette estoit,
En grand' melancolie se tourmentoit,
Disant ainsi : douce Vierge Marie
Abrégez moy la vie, puisque mourir je doy.

Mon pauvre coeur
souspire incessament,
Aussi ma mort
désire journellement.
Qu'à mes parens ne puis mander n'escrire,
Ma beaute fort empire,
je vis en grand tourment.

Que ne m'a-t-on donnée
à mon loyal amy,
Qui m'a tant desirée
aussi ay-je moy luy,
Toute la nuict my tiendroit embrassée
Me disant sa pensée
et moy la mienne à luy.

A Dieu vous dy mon père,
ma mère e mes parens,
Qui m'avez voulu faire
nonette en ce couvent,
Où il n'y a point de resjouissance,
Je vis en desplaisance
je n'attens que la mort.

La mort est fort cruelle
à endurer,
Combien qu'il faut par elle
trestous passer.
Encor'est plus grand le mal que j'endure,
Et la peine plus dure
qu'il me faut supporter.

A Dieu vous dy
les filles de mon pays,
Puis qu'en cest' Abbaye
me faut mourir,
En attendant de mon Dieu la sentence,
Je vy en espérance
d'en avoir réconfort.




24/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres